top of page

Les critères de selection dans une rencontre

Dernière mise à jour : 29 oct. 2019


Avez-vous eu le temps de réflechir à la question que je vous posais la dernière fois ?


C’était: Les critères de sélection que je me suis fixé sont-ils (réellement) de moi ou est-ce que je cherche mon père ou ma mère ? Ok! Alors dans vos réponses, vous avez peut-être trouvé quelque chose de bizarre. Non pas un rapport à vos parents, mais peut-être autre  chose. Quelque chose de bien plus enfoui en vous. Je vais vous l’expliquer simplement parce que vous allez vous rendre compte que vous connaissez ce genre de situation.

Marcel est mécanicien. Il travaille 12h par jour et rentre tous les jours fatigué par ses journées de travail. Une fois à la maison, il retire ses chaussures, se décrasse comme il peut et va saluer sa  chère et tendre, Myriam!

Myriam est au foyer. Elle est là toute pimpante pour le retour de son homme. Le rôti sort du four, la maison est clean. C’est peut-être la vie parfaite pour Myriam.

Alors vous pouvez très bien répondre que NON!

Et effectivement, aujourd’hui, plus personne ne voudrait de cette vie! Vous le pensez vraiment ?

J’aimerais plutôt me pencher sur le cas de Marcel. Parce que si on peut considérer Myriam comme une victime de l’habitude de la vie de couple, c’est la même chose du côté de Marcel.

Marcel n’aime plus sa femme. Mais il ne le sait pas encore. L’habitude installée, il est bien content de rentrer le soir et de trouver une maison propre et un repas préparé rien que pour lui.

Si l’on questionnait Marcel, il dirait sûrement qu’il ne changerait de femme pour rien au monde. Mais demandez donc à Marcel pourquoi il ne rentre pas plus tôt ? Marcel sait-il faire à manger ? Nettoyer la maison ?

Marcel sait-il se prendre en charge tout seul ?

Vous voyez où je veux en venir ?

Le grand problème de notre société, c’est qu’à partir de l’âge de 4 ans, vous vous retrouvez à l’école. Vous vous retrouvez à devoir satisfaire des professeurs et vos parents. Alors qu’un an  auparavant, vous étiez en pleine autonomisation, en pleine découverte de vous-même, on vous a demandé de devenir dépendant des autres.

Pourquoi sommes-nous noté à l’école ? La note lobotomise notre cerveau très jeune. On se retrouve alors dans une situation où l’on devient dépendant de chaque personne qui nous entoure.

Vous même, n’avez-vous jamais fait quelque chose pour vous faire remarquer de quelqu’un ? N’avez-vous jamais, plus jeune, prit une décision pour « Faire plaisir » à vos parent plutôt qu’à vous même ?

C’est ce qui est arrivé à Marcel. Il est devenu dépendant de Myriam parce qu’il ne sait pas tout faire tout seul. Il n’est pas complètement autonome.

Les critères de Marcel étaient juste des critères sur ses propres défauts:


– Je ne sais pas faire à manger – Je ne sais pas entretenir une maison – Je ne sais pas élever des enfants – etc.


La femme idéale de Marcel comble ses propres défauts. Est-ce que vous pensez que c’est ça l’amour ?

J’espère que non et que vous aurez compris le message que je voulais vous faire passer. Ne dépendez jamais de la personne avec qui vous êtes. La complicité nait de point commun, de savoir faire et de savoir vivre ensemble. Ce n’est pas un rapport de « services rendus » l’un envers l’autre.

Méditez la-dessus, si vous êtes inscrit à ma newsletter, j’irais plus loin.

Vous découvrirez la solution magique pour se défaire de cette dépendance. Et peut-être que vous serez sur le bon chemin dans quelques jours.

Je vous souhaite une agréable journée

Cathy

P.S. Je n’ai pas voulu faire plus long, mais Myriam est dans le même cas que Marcel. Elle en est dépendante. Et peut-être qu’elle non plus ne l’aime plus. Mais elle ne le sait pas.

J’entends ces histoires depuis des années. Que ce soit chez le jeunes où chez des personnes qui ont déjà vécu.

La dépendance affective n’a pas d’âge! Souvenez-vous en!


1 vue0 commentaire

コメント


bottom of page